Fondation Passerelle | vous aimez la culture
14468
home,page,page-id-14468,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

La fondation Passerelle

Depuis environ 20 ans, à travers les brillantes carrières d’un nombre impressionnant d’artistes talentueux, la diversité et la richesse de la musique malienne n’ont cessé de captiver. Les artistes maliens suscitent beaucoup d’intérêt chez bon nombre de promoteurs, africains et étrangers. Par son nombre élevé de musiciens mondialement connus, le Mali est certainement l’un des pays d’Afrique dont la musique se vend le mieux sur le marché international.

Il n’en demeure pas moins que la quasi-totalité des artistes maliens, n’ayant pas une carrière internationale, vit difficilement dans le pays en raison de la non-existence d’industries musicales capables de soutenir des carrières professionnelles.

Les artistes et les techniciens ont peu d’opportunités d’activité.
Non seulement la production de disque n’est plus rentable, mais en plus l’organisation de spectacle se fait dans un cadre qui n’est pas assez structuré pour favoriser l’accroissement et à la régularité d’activités professionnelles.
L’économie de la musique est laissée en proie à l’informel, ce qui crée au sein de ce secteur d’activité une situation de précarité compliquée à surmonter.
Les dirigeants maliens ont compris que l’élaboration de solutions pour la structuration des industries musicales est d’une grande importance, depuis l’accession de la culture en Afrique au rang de «facteur de développement», appuyés par des organismes internationaux, ils s’attellent à trouver des solutions…

En savoir plus

Projets et spectacles

Un espace d’échange, une tribune

Cliquez sur le titre de l’article pour lire la suite et réagir…

  • « Dans l’obscurité de noirs nuages porteurs d’orage, le petit veau, d’un soubresaut a renversé la gourde de miel »

    À l’époque de la colonisation de Afrique telle se formulait au Mali, de manière codifiée, la réponse qu’un interprète, seul intermédiaire entre le commandant blanc et les populations, donnait à la partie dont « le pot de vin », ou pourrait-on dire « la gourde de miel », face au petit veau de la partie adverse, n’avait suffi pour acheter des mots bienveillants de l’interprète auprès du commandant blanc dans le traitement d’une affaire donnée.

    Des étrangers étaient venus de très loin explorer le continent africain. Les premières approches avaient été plus ou moins chaleureuses sur la base d’échanges d’objets variés ramenés de très loin, qui attiraient l’autochtone séduit par la nouveauté et étonné par la différence, contre différentes choses qui attiraient l’étranger blanc, des pierres précieuses, des concessions de terrains riches en matières premières…

    ...

  • Donner des informations qui puissent aider à mieux comprendre les droits et devoirs de chacun dans une société civile.
  • Faire découvrir ou mieux comprendre de manière simplifiée des textes de loi dans leur application, ou leur impact dans la vie au quotidien.
  • Amener la société civile à mieux prendre conscience de l’importance capitale de son rôle dans la réussite du pays.
  • Amener la société civile à mieux voir sa part de responsabilité dans ce qui ne fonctionne pas au quotidien.
  • Créer un espace impartial d’échange et de dialogue

L’obscurantisme, La difficulté d’accès des populations à l’information, favorisent dans la société civile une situation de spéculation, de confusion et un sentiment d’impuissance nécessaires à l’épanouissement par son acceptation générale de la corruption.

Or, une meilleure connaissance des lois et de la législation permettrait à la société civile malienne de mieux participer au débat en mieux comprenant l’importance de son rôle au sein de l’appareil démocratique et indépendamment, certainement, des parties politiques.

Si le sentiment de découragement des populations et leur manque de confiance au système et en la politique sont directement liés à ce puissant phénomène de corruption, il n’en reste pas moins que l’enrichissement illicite détruisant l’organisation du pays, profite à des groupes d’individus, à tour de rôle, qui font bien partie de cette même population. Sans efforts pour rétablir la confiance en l’état, chaque malien, malheureusement, est susceptible un jour, voir est « en attente », de faire partie d’un de ces groupes d’individus qui entretiennent la corruption au sein de nos institutions.

Il s’agira alors, de faire en sorte que la neutralité de l’action menée par le FORUM à travers le site de la Fondation Passerelle soit d’une grande clarté. Il est important que les articles soient d’un ton impartial et sans complaisance. Le sérieux et la précision des informations et la qualité de la modération des débats seront d’une importance capitale.

Rokia3

Un mot pour le Mali

Je suis fière de ce Mali dont les valeurs ont contribué à la construction de la personne que je suis.

Depuis quelques temps mon grand Mali va mal. Et il faut une grande sagesse pour soulager un grand pays!
Où sont les sages du Mali???

Ceux qui pourraient faire comprendre aux maliens que ce qui est grand ne peut se régir sans le respect d’un fonctionnement convenu au préalable. Et, lorsqu’il y a des changements à réaliser au niveau de ce fonctionnement, cela devrait se passer dans le respect des règles convenues au préalable à cette fin.
Dans toutes les sociétés du monde, afin que nous puissions mener une existence harmonieuse, il existe des règles établies selon différents concepts d’organisation sociale, le respect de ces règles est d’une importance capitale pour toute forme de collectif humain ayant un socle commun.

Après la démission forcée, ce mardi matin 11 décembre 2012, du désormais ex-premier ministre malien Check Modibo Diarra, Je me pose des questions dont j’aimerais partager quelques une avec vous:

1- Au Mali, y a-t-il encore un fonctionnement à respecter et une notion quelconque du respect de l’autre?

2- Jusqu’à quand et jusqu’à quel niveau le Mali s’éloignera-t-il encore des principes d’un grand pays?

Parmi les valeurs de mon Mali, il y avait cet attachement à la capacité d’estimer les conséquences de son acte avant de mener une action, de veiller à opposer une solution à un problème, et non un problème à un problème.
Si après le présumé problème des dix années de gouvernance de Amadou Toumani Touré, Cheick Modibo Diarra s’avère être un autre problème:

– Quelle est la solution pour mon Mali aujourd’hui?

Rokia Traoré