Fondation Passerelle | KÔNOYA – Formation en technique de chant
164
single,single-portfolio_page,postid-164,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive
 

KÔNOYA – Formation en technique de chant

KÔNOYA est un projet de la Fondation Passerelle, qui a pour but d’apporter une contribution au développement des industries musicales au Mali.

Il consiste en des formations en techniques de chant, visant à promouvoir la culture du chant mandingue, et favoriser l’apprentissage de techniques et styles venant d’autres cultures.
KÔNOYA offre à de jeunes artistes, la possibilité d’apprendre leur métier selon d’autres méthodes que l’apprentissage traditionnel, souvent inaccessible à des personnes venant de milieux socioculturels qui ne leur autorisent, ou ne leur facilitent la pratique de la musique traditionnelle.

La première édition de KONOYA s’est déroulée en deux parties.

La première partie sur six semaines :
Du 12 au 24 décembre 2009 ont eu lieu les inscriptions aux auditions.
Les auditions se sont déroulées le 3 janvier 2010 au café des arts (Palais de la culture), afin de sélectionner les 16 personnes qui ont participé à la formation.
La formation sur les notions élémentaires de la technique vocale, la polyphonie et l’harmonie a commencé le 7 et à pris fin le 31 janvier 2010.

La deuxième partie, sur quatre semaines, au mois de février, a été consacrée à la création du spectacle de pratique.
Pour les fins du spectacle, les musiciens suivants ont accompagné les artistes ayant participé à la formation:
Ali Keyta (balafoniste malien résidant à Berlin), Mamah Diabaté au n’goni, Binan Diabaté au n’goniba, Habib Sangaré au Bolon et Sibiri Koné et des musiciens de l’orchestre philharmonique de Hagen (Allemagne).